news from the projects

rich nations vaccinate 1 person every second

Nous avons besoin que tous les vaccins soient des vaccins populaire pour pouvoir sauver des vies et mettre fin à la pandémie plus rapidement. Un vaccin populaire éliminerait le contrôle monopolistique des compagnies pharmaceutiques et permettrait aux usines, où qu'elles soient, de commencer à fabriquer des vaccins.

Humana People to People s'est joint au mouvement the People’s Vaccine Alliance pour demander que le vaccin COVID-19 soit mis à la disposition de tous, partout, gratuitement.

Nous vous invitons à signer l'appel pour un Vaccin du peuple (sign the call for a People’s Vaccine ) sur l'appel mondial en cours demandant la levée des brevets du vaccin COVID-19 pour sauver des vies. Ajoutez votre nom à l'appel urgent ci-dessus et rejoignez le Dr Muhammad Yunus, lauréat du prix Nobel, George Clooney, Annie Lennox, Dia Mirza, Sharon Stone, Yemi Alade, Forest Whitaker, Lily Cole, Peter Gabriel, et plus d'un million de personnes dans le monde, pour exiger des vaccins pour tous !

Notre meilleure chance de rester en sécurité est de faire en sorte qu'un vaccin contre le COVID-19 soit disponible pour tous, comme un bien commun mondial. Cela ne sera possible qu'avec une transformation de la manière dont les vaccins sont produits et distribués- les entreprises pharmaceutiques doivent permettre que les vaccins COVID-19 soient produits aussi largement que possible en partageant leurs connaissances libres de tout brevet.

Malheureusement, les entreprises pharmaceutiques protègent leurs monopoles et dressent des barrières pour restreindre la production et faire grimper les prix, mettant ainsi l'ensemble de l'humanité en danger. Aucune entreprise ne peut produire suffisamment pour le monde entier. Tant que les solutions vaccinales seront gardées sous clé, il n'y en aura pas assez pour tout le monde. Nous avons besoin d'un vaccin pour tous, pas pour le profit.

De l'OMS

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il s'avère que les pays riches ont reçu la grande majorité de l'approvisionnement mondial en doses de vaccin Covid-19, tandis que les pays pauvres en ont obtenu moins de 1%. C'est ce qui a été déclaré lors d'un point de presse le vendredi 9 avril 2021.

Sur les 727 millions de doses de vaccin qui ont été distribuées dans le monde, "plus de 87% sont allées à des pays à revenu élevé ou à revenu supérieur et intermédiaire, tandis que les pays à faible revenu n'en ont reçu que 0,2%", a déclaré le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union européenne, d'autres pays riches et les sociétés pharmaceutiques continuent de rejeter les demandes croissantes de renonciation aux brevets et de transfert de technologie. See chart and data by country on COVID-19 vaccinations.

En moyenne, 1 personne sur 4 dans les pays à revenu élevé a reçu un vaccin contre le coronavirus, contre seulement 1 sur plus de 500 dans les pays à faible revenu, selon le directeur général de l'OMS.

"Il subsiste un déséquilibre choquant dans la distribution mondiale des vaccins", a déclaré le chef de l'OMS.

Les vaccins COVID-19 empêcheront les gens de mourir, empêcheront l'apparition de nouvelles variantes, relanceront les économies et offriront le meilleur espoir de mettre fin à la pandémie. 

Pour commencer, il est essentiel de garantir à tous les habitants du monde l'accès aux vaccins, aux traitements et aux équipements COVID-19 qui peuvent sauver des vies. Les brevets doivent être suspendus, les connaissances technologiques partagées librement et ouvertement, et aucun profit ne doit être autorisé pendant cette pandémie.

Les gouvernements, les scientifiques et les entreprises pharmaceutiques doivent coopérer et combiner leurs ressources pour s'assurer que personne n'est laissé pour compte. La pandémie de COVID-19 ne sera pas terminée, tant qu'elle ne le sera pas partout.

 D’OXFAM

Si les vaccins ne sont pas distribués équitablement dans le monde, les conséquences économiques de la pandémie nuiront aux pays riches et frapperont encore plus durement les pauvres. Les pays riches doivent ouvrir la voie à des vaccins COVID-19 moins chers et produits en masse afin de protéger chaque personne dans le monde et d'éviter une catastrophe économique mondiale de 9 000 milliards de dollars, selon Oxfam.

"Cette situation nous rappelle brutalement que l'inégalité en matière de vaccins a un impact économique réel sur nous tous, alors même qu'une solution saute aux yeux de nos dirigeants. Les personnes les plus riches peuvent mieux faire face à ce coût, mais tout le monde, dans tous les pays du monde, doit payer et se battre - surtout les plus pauvres", a déclaré Anna Marriott, responsable de la santé publique pour Oxfam.

Selon l'OMS, au 12 avril 2021, il y avait dans le monde plus de 135 millions de cas confirmés de COVID-19, dont près de 3 millions de décès. Le même rapport indique qu'au total, 727 millions de doses de vaccin ont été administrées dans le monde.

Par un médecin zimbabwéen

"Nous savons que la vaccination d'une très petite partie de la population ne répondra pas aux besoins de santé publique. Il est impératif de vacciner au moins 60 % de la population contre le COVID-19 si nous voulons obtenir une immunité collective. Vacciner seulement 10% de la population contre le COVID-19 ne servira à rien", a déclaré le docteur Johannes Marisa, président de l'Association des médecins et dentistes privés du Zimbabwe. 

De l'ancien Premier ministre Gordon Brown

L'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown soutient les appels à la renonciation aux droits de brevet. Dans sa contribution au journal The Guardian, il declare (In his contribution in the Guardian newspaper),

"Abritant les principaux développeurs de vaccins, les pays du G7 sont les mieux placés pour accepter de transférer la technologie des vaccins aux pays à faible revenu. La levée temporaire des brevets proposée par l'Alliance populaire pour les vaccins aidera l'Afrique à créer ses propres installations de fabrication et mettra fin à des mois de nationalisme en matière de vaccins."

Les brevets doivent être levés ! Cela a déjà été fait. En 2001, après des années de pression publique, les pays du monde ont accepté de libérer les traitements contre le VIH/sida des brevets, permettant ainsi la fabrication de versions génériques abordables, sauvant ainsi des millions de vies. Ils doivent maintenant le faire à nouveau !

ODD3

Nouvelles des Projets

Comme à l’accoutumé et selon les prescrits de l’article 9 de ses statuts sociaux, HPP-Congo a tenu son...
Après la signature de l’accord intervenu récemment, l’heure est maintenant pour se mettre à l’œuvre....
Célébrée chaque année le 8 Septembre depuis 1677 à travers le monde, la Journée Internationale de...
HPP-Congo lance un avis de recrutement pour 4 postes dans la province du Haut-Lomami Pour plus de...
Il est regrettable que plus de 4 millions de personnes soient officiellement mortes du virus et il y a...
Nous vivons un moment où la pandémie de COVID-19 continue de faire rage, avec l'émergence de nouvelles...
HPP-Congo lance un avis de recrutement d' un(e) responsable de zone des boutiques de vente d'habits et...
Socobelam est un village dans l’aire de santé de Dongo avec une population estimée à 2 526 ...

facebook     youtube    twitter    linkedin